Histoire

Le Sauvetage de Lutry au cours des ans

vile-lutryA la fin du 19è siècle et au début du 20è siècle, il s’agissait de porter secours aux baigneurs, à quelques rares plaisanciers et aux barques à voile. La disparition des barques, remplacées par des chalands dont les moteurs n’étaient pas aussi puissants que maintenant, font que pendant quelques dizaines d’années, c’est à ceux-ci, en dérive au large ou en difficulté d’amarrage, que s’est portée l’assistance.

Le perfectionnement des moteurs a tellement amélioré la sécurité des grandes embarcations qu’il paraît peu probable que, de nos jours, le sauvetage ait encore à les aider. En revanche, la navigation de plaisance, bateaux à moteur, voiliers et plus récemment planches à voile, a connu un extraordinaire essor, multipliant aussi le besoin d’interventions et la nécessité absolue d’une rapidité maximale, par tous les temps et en toutes saisons, contraignant ainsi les sections, qui veulent remplir leur mission, à adapter leurs bateaux et leur matériel aux conditions actuelles.

A cet égard, la section de Lutry a toujours fait preuve d’initiative et s’est souvent trouvée la première à introduire des nouveautés: ainsi par exemple la pose de deux moteurs fixes sur le Président Wilson, la création, avec cinq médecins, d’un règlement pour les soins aux noyés et la mise sur pied d’un concours dans cette discipline lors d’une fête internationale à Lutry, la participation à la création d’un règlement bien pensé pour la plonge au mannequin, la promotion de la nage, de la plonge et des soins aux noyés, par l’organisation d’un concours annuel des élèves des écoles, des essais de liaison radio terre-eau, l’adoption du bateau pneumatique Zodiac (Hardi 1), la vedette l’Alerte et aujourd’hui cette magnifique embarcation: Le Ville-de-Lutry.

ll est intéressant aussi de relever que dès son origine la Société de Sauvetage du lac Léman, dont les statuts utilisent déjà un sigle SSLL (Actuellement SISL), avait mis sur pied une caisse de secours mutuels, qui versait à ses membres une indemnité journalière en cas de maladie ou d’accident et cela à une époque où les institutions d’assurance étaient encore inexistantes. De plus, l’article 4 des statuts prévoyait que les dames pouvaient devenir membres de la société.rame-1

Les archives de la société :procès-verbal, livre d’or, registres de sorties et exercices ainsi que les rapports des présidents permettent de suivre l’histoire de la section de Lutry.  Le 22 juin 1897, à l’instigation de Victor Cuénoud et d’Ernest Lavanchy, dix personnes réunies au Cercle de l’Union (l’actuel Restaurant de La Tour) décident de fonder une Société de Sauvetage à Lutry. La nouvelle section de la Société de Sauvetage du lac Léman est rapidement organisée sous la présidence de Charles Jaccottet.

Les membres fondateurs sont les suivants: Léon Lavanchy, syndic, président d’honneur, Louis Veyrassat, Marc Gay, Louis Lavanchy, Victor Cuénoud, vice-président, Noé Diserens, Gustave Margairaz, caissier, William Bron, Alexis Porchet, Jules Potterat, Ami Baudet, Ernest Lavanchy, secrétaire. Un beau canot, baleinière, construit à Ouchy, vient s’ancrer le 31 décembre 1897 dans le port de Lutry. Il est baptisé en plein lac, au mois de mai suivant, du nom de Fram (En Avant), en souvenir du bateau norvégien de l’explorateur polaire Nansen.

C’est un solide bateau de 8,50 m de longueur à dix rameurs, avec cette particularité d’avoir un seul rameur en nage, à bâbord, tournant le dos au barreur et poussant sa rame. L’équipier de pointe est aussi seul à tribord, mais tire la rame comme les huit autres. Les belles photographies, conservées aux archives, permettent d’estimer la hauteur du mât, au-dessus du plat-bord, à 6,25 m et la voile latine, triangulaire, à 6 m x 6 m x 5 m. Les armes, rouge et blanc, de Lutry sont peintes en proue avec le nom de Fram, tandis que l’inscription Sauvetage de Lutry orne la poupe. L’activité de la section se développe et l’effectif des membres s’accroît rapidement, permettant à Lutry d’organiser, en 1902, sa première Fête internationale de sauvetage.
Le temps est superbe, toute la ville est en fête. En 1914, Alfred Bujard remplace Charles Jaccottet, qui vient d’être élu président central de la Société de Sauvetage du Lac Léman. M. Jaccottet y sera alors assisté de David Blanc de Lutry, fidèle et efficace secrétaire/trésorier, depuis deux ans déjà.